1 2 3 4

You are here

Tests d'abrasivité et d'éclat des dentifrices à blanchir

0 Commentaires

BLANCHIMENT: 

La chaine de télévision Suisse TSR s'est récemment livrée à une expérience intéressante sur les dentifrices blanchissants. En voici le compte rendu : "Nous avons acheté 11 dentifrices. Cela représente environ 90% du marché suisse des dentifrices qui prétendent blanchir les dents. Pour chacun, le labo a mesuré le taux d'abrasivité et l'éclat. Nous les avons classés par ordre d'abrasivité.

On commence donc par les moins abrasifs. Trois produits ont été jugés comme très peu abrasifs par le laboratoire. Leur abrasivité les situe pratiquement au même niveau que les dentifrices pour enfants. Ce sont :

DENBLANCHE
Natural White TP bicar+fluor

- Prix/50ml : 5.71 fr.
- Abrasivité : 15%
- Eclat : 1.8

Avec 15% d’abrasivité, il est le plus doux de notre test. Son indice d’éclat de 1,8 est également faible et signifie un effet de polissage très limité. La notice de l’emballage ne dit pas autre chose en promettant de "redonner aux dents leur blancheur naturelle", autrement dit de les nettoyer.

REMBRANDT
Original

- Prix/50ml : 18.76 fr.
- Abrasivité : 25%
- Eclat : 2.8

Avec un taux de 25%, il est légèrement plus abrasif. Le produit se distingue par son prix: 19.80 le tube de 50 ml, ce qui en fait, de loin, le plus cher de notre test.

ODOL DENT 3
Samt Weiss

- Prix/50ml : 3.79 fr.
- Abrasivité : 30%
- Eclat : 1.5

Avec un indice d'éclat de 1,5, ce dentifrice a le pouvoir polissant le plus faible de notre test. L’emballage annonce la couleur en parlant d’élimination en douceur.

"L'abrasivité peut très bien être faible et le produit assurer quand même un blanchiment certain, grâce à une composition plus riche en bicarbonate par exemple. Ainsi, il n'est plus nécessaire que le produit soit agressif pour apporter un nettoyage, ce qui constitue un plus au niveau de la propreté des dents", commente Martine Armange, responsable des essais d'hygiène bucco-dentaire au Laboratoire National d'Essais de Paris.

Ensuite, 4 dentifrices ont été jugés comme peu abrasifs par le laboratoire.

DENIVIT
Anti-taches

- Prix/50ml : 6.50 fr.
- Abrasivité : 40%
- Eclat : 3.2

Avec 40% d’abrasivité et un indice d’éclat de 3,2, ce dentifrice permet de donner une certaine brillance aux dents, tout en demeurant peu agressif pour l’émail.

DENBLAN

- Prix/50ml : 12.80 fr.
- Abrasivité : 45%
- Eclat : 2.2

Dans le même groupe, ce dentifrice, qui affiche un taux de 45%, est à peine plus abrasif que le précédant. Mais son indice d’éclat est plus faible. Bref, un produit de remise en état de la dent, sans plus. Par contre, sont prix atteint 12,80 francs les 50 ml, ce qui en fait l’un des plus chers de notre test.

SIGNAL
Natural White

- Prix/50ml : 2.64 fr.
- Abrasivité : 45%
- Eclat : 2.3

Résultats pratiquement identiques pour ce dentifrice. L’emballage promet de retrouver une blancheur naturelle: on ne peut effectivement s’attendre à plus. A noter encore qu’il est parmi les moins chers de notre test : 2,64 francs les 50 ml.

PEARL DROPS
Triple action

- Prix/50ml : 4.94 fr.
- Abrasivité : 50%
- Eclat : 4.7

Dernier dentifrice de cette catégorie des peu abrasifs. L’abrasivité est de 50%, mais l’indice d’éclat fait un petit bond à 4,7. Pour le laboratoire, il s’agit d’un bon compromis.

"Les nouvelles formulations tendent à aller vers une abrasivité moins agressive", explique Martine Armange. "On joue justement sur la formulation pour trouver, en fait, ce vers quoi on veut aller, c'est-à-dire un nettoyage des dents et, en même temps, un polissage qui va apporter un plus au niveau du sourire, au niveau de la dentition elle-même".

Ensuite, le labo a jugé deux dentifrices comme étant abrasifs :

CANDIDA
White

- Prix/50ml : 2.53 fr.
- Abrasivité : 70%
- Eclat : 4.2

Avec 70% d’abrasivité et 4,2 d’indice d’éclat, l’emballage ne ment pas: ce dentifrice est capable d’éliminer les taches et les colorations jaunâtres des dents. C’est aussi le moins cher de notre test: 2,53 francs les 50 ml.

COLGATE
Sensation White

- Prix/50ml : 3.85 fr.
- Abrasivité : 90%
- Eclat : 6.2

Second produit à avoir été jugé comme abrasif. Son taux d’abrasivité est de 90% et son indice d’éclat atteint 6,2. L’effet de nettoyage et de brillance sur la dent est bien réel.

Ces deux dentifrices sont efficaces, mais pour aucun des deux, le consommateur n’est informé de leur taux d’abrasivité.

Enfin, deux dentifrices ont été jugés très abrasifs :

DURBAN'S DENICOTIN

- Prix/50ml : 4.69 fr.
- Abrasivité : 95%
- Eclat : 6.9

Ici, le taux d’abrasivité atteint 95%, soit presque autant que le produit de référence du laboratoire. Son indice d’éclat est de 6,9, ce qui est la plus forte valeur de notre test. En clair, et c’est le cas de le dire, ça décape !

EMAIL DIAMANT
Rouge

- Prix/50ml : 7.25 fr.
- Abrasivité : 120%
- Eclat : 3.2

C'est le plus abrasif de notre test: 120% d'abrasivité, soit 10 fois plus que le dentifrice le plus doux de notre test! Par contre, on ne peut pas en dire autant de l’indice d’éclat, 3,2, ce qui correspond au milieu du classement. Bref, il abrase beaucoup plus qu'il n’apporte d’éclat. Ici encore, aucune mise en garde.

Pour Martine Armange, ce genre de produit n'est pas à remettre entre toutes les dents: "Abrasif, pour moi, ça signifie une pâte qui est censée être utilisée par des consommateurs particuliers, à savoir des fumeurs, des gens qui ont des dents très jaunes, des gens qui ont des dents très abîmées du point de vue teinte et qui essayent de trouver quelque chose en plus. Mais évidemment, pas pour des gens qui ont des problèmes de gencives". Et sur la question de l'abrasivité, l'avis des médecins-dentistes est encore plus sévère.

Abrasivité et éclat : les méthodes du labo

Pour ce test, nous nous sommes rendus à l'ouest de Paris, dans un laboratoire officiel chargé de tester et d'homologuer les produits avant leur entrée sur le marché européen : le Laboratoire National d'Essais (LNE). Pour tester un dentifrice, on y emploie des dents de boeuf. La texture de leur dentine est en effet proche de celle de l’homme, et il est évidemment beaucoup plus simple de s’en procurer.

Comme chaque dent possède une dureté qui lui est propre, on doit d’abord mesurer l’abrasion provoquée par une poudre abrasive qui sert de référence. Cette poudre est diluée avec une salive artificielle dans des proportions qui correspondent au mélange que l’on a en bouche au moment du brossage. Ensuite, les échantillons de dentine sont soumis à l’épreuve impitoyable de la brosse à dents.

La dureté des brosses, leur pression sur les dents et même la durée de la torture correspondent au brossage normal que l’on effectue si l’on applique les recommandations des dentistes. A la fin, un palpeur permet de mesurer la profondeur des microsillons creusés par le brossage. Ensuite, la surface de l’échantillon est polie et on répète toute l’opération avec le dentifrice à tester. La comparaison entre l’abrasion provoquée par le dentifrice et celle provoquée par le produit de référence donnera ce qu’on appelle le taux d’abrasion.

Mais les composés abrasifs d’un dentifrice ont aussi un effet de polissage sur la dent. C’est ce qui va lui donner son éclat. Pour mesurer cet effet, on projette un rayon laser sur la surface de la dent avant et après le brossage. En comparant les réflexions, on obtient ce qu’on appelle un indice de polissage. Une bonne pâte dentifrice doit parvenir à limiter l’abrasion tout en offrant le meilleur éclat possible.

Abrasion n'est pas raison

Apparemment, les inconvénients des dentifrices très abrasifs rendent les fabricants nerveux: cela faisait longtemps qu'ABE n'avait pas subi autant de pression avant une émission. Le groupe Migros, par exemple (et ce n'est qu'un exemple), contestait notre test sous prétexte que la formule de son dentifrice venait d'être modifié. Nous avons testé la nouvelle formule et, effectivement, le taux d'abrasivité du Candida White a chuté de moitié. Le problème, c'est que l'emballage est toujours le même et que, si vous l'achetez, vous n'avez aucun moyen de savoir si vous tombez sur l'ancienne ou la nouvelle formule. Et il faut savoir que les stocks de dentifrices peuvent rester en rayon environ une année. Plutôt embêtant, non ?

Tout cela montre que l'abrasivité est un souci majeur pour les marques. Et pour les dentistes aussi. "Si l'on parle des dentifrices de l'ancienne génération, qui sont donc des dentifrices avec un effet de nettoyage mécanique par effet d'abrasion, on ne recommande effectivement pas de les utiliser tous les jours", estime Didier Dietschi, de l'Ecole de médecine dentaire. "Ils doivent être utilisés en alternance avec un autre dentifrice et sur une période restreinte. Sans quoi l'on risque une abrasion trop élevée de l'émail ou de la dentine, c'est-à-dire une perte de l'épaisseur de nos tissus. Raison pour laquelle on ne les recommande pas pour un usage prolongé ou permanent. Les dentifrices de l'autre catégorie, soit la nouvelle génération des dentifrices soi-disant blanchissants, sont des produits qui agissent essentiellement par un effet chimique qui permet de mieux détacher les pigments se trouvant en surface. Ce sont des dentifrices qui contiennent également du fluor, donc qui ont un effet protecteur. On peut les utiliser quotidiennement, comme les dentifrice normaux".

Reste que, pour l'instant, certaines taches, comme la nicotine, ne peuvent disparaître sans un bonne dose d'abrasivité. Et là, attention à l'engrenage! ''Il est vrai qu'en utilisant un dentifrice avec un fort pouvoir abrasif, on va à la fois éliminer les pigments et créer une certaine rugosité en surface, ce qui favorise la déposition de nouveaux pigments", poursuit Didier Dietschi. "On rentre donc dans une espèce de cercle vicieux: plus on nettoie avec ces dentifrices abrasifs, plus vite les colorations se déposent. Au bout du compte, on obtient un effet inverse à celui que l'on espérait".

On peut donc déplorer la faiblesse de l'étiquetage. D'autant que, on l'a vu, il y a de très grosses différences entre les marques. Pour le moment, les seuls à connaître les taux d'abrasion des dentifrices, ce sont les dentistes. A l'occasion, n'hésitez donc pas à leur demander conseils et informations. Mais sans tomber dans la prévention scolaire, il faut aussi rappeler que le plus doux des dentifrices étalé sur une brosse en poils de sanglier et manipulé avec la vigueur d'un bûcheron, n'est bon ni pour les gencives, ni pour les collets, ni pour l'émail..."

SOURCE : test de la Télévision Suisse Romande (T.S.R)