1 2 3 4

You are here

Le blanchiment des dents remonte à l'antiquité

0 Commentaires

BLANCHIMENT: 

Contrairement à ce que l'on croit, le blanchiment des dents n'est pas un phénomène de mode actuel.
Déjà dans l'Antiquité, les Egyptiennes, qui étaient soucieuses de leurs dents, utilisaient des poudres à base de charbons d’acacia appliquées aux doigts. L’ancêtre des dentifrices serait le " Sonabou ", mélange de cendres et d’argile à foulon. le charbon est bien connu pour ses propriété blanchissantes sur les dents.
Les prêtres devaient se laver plusieurs fois par jour : "l’eau du rince bouche était aseptisée avec un sel appelé BED ".
Dans la Chine antique, on utilisait déjà des techniques de blanchiment avec de la poudre à base de musc et de gingembre. Houang-Ty (2637 av J.C.) écrit déjà dans deux chapitres de son livre, consacrés aux maladies des dents et des gencives, les vertus de l’urine d’enfant et assure qu’il fallait utiliser une poudre à base de musc et de gingembre pour blanchir les dents.
Dans l'empire romain on trouve une référence chez un certain Scribonius Largus dans son ouvrage s’appelle " Compositiones ". L'auteur y donne aussi plusieurs formules de dentifrices. Leur fonction essentielle est de donner la blancheur et l’éclat aux dents. Il leur donne des noms de personnages connus, ainsi le dentifrice de Messaline qui " est un dentifrice qui rend les dents blanches et qu’utilise Messaline, femme de notre divin César ". Il est composé de poudre de Roses séchées au soleil mélangée avec du verre blanc pilé. Chez les Romains, une méthode approuvée pour le blanchiment des dents consistait à se laver les dents avec l’urine de garçons prépubères.
Cascellius contemporain de l’empereur Domitien ( 51-96 ), vendait de l’urine espagnole, provenant de Barcelone ou de Tarragone, conservée dans des vases d’albâtre, qui avait la propriété de blanchir les dents, et se parfumait la bouche avec les eaux du parfumeur Cosmus, dont le nom a donné le mot cosmétique. Ce célèbre parfumeur amassa une fortune en les vendant aux belles Romaines .
Chez les Aztèques également, les dents étaient nettoyées avec de l’urine...
Le meilleur dentifrice naturel utilisé jadis, fût une préparation fort simple, à base de poudre composée de parties égales de charbon porphyrisé, de quinquina et de crème de tartre. En Afrique, il existe même des racines spéciales avec lesquels, les autochtones se brossent les dents, pour les faire blanchir et briller.
En Kabillie par exemple, on utilise encore les racines de l'arbre du noyer.
Selon la tradition, les aborigènes utilisaient l'arbre à thé (Melaleuca Alternifolia, arbre à thé d'Australie) pour blanchir les dents.
L'argile était utilisé en pâte dentifrice avec un léger pouvoir abrasif rendant les dents plus blanches et un effets très bénéfiques sur le milieu buccal: (le rétablissement d'un pH normal, et donc défavorable à la prolifération des caries,- un pouvoir d'absorption important des matières mortes et des mauvaises odeurs,- une action cicatrisante et reminéralisante sur les gencives.)
En Europe, Erasme dit dans les "Civilités" en 1530, que "blanchir les dents avec une poudre , n’est bon que pour les jeunes filles, les frotter de sel ou d’alun est fort dommageable aux gencives et de se servir de son urine au même effet, c’est aux Espagnols de le faire" et il ajoute par ailleurs, "que de toute façon, avoir les dents blanches est affaire de coquetterie pour les femmes".
Si le commerce des produits dentifrices devient vraiment fructueux dans la deuxième partie du XVIIIe siècle, le renom d’une marque va éclipser les autres. Vers 1755, Julien Botot , médecin de Louis XV, met au point une eau " balsamique et spiritueuse " ( Badiane, girofle, cannelle, benjoin, essence de menthe et alcool à 80°) qui devint célèbre, à tel point qu’elle existe toujours, environ 250 ans après. La Faculté de Médecine, en 1777, reconnaît que cette " composition est de nature à blanchir et conserver les dents et fortifier les gencives ". De plus, il eut l’autorisation officielle d’afficher sur les murs de Paris un : " Avis sur la manière de conserver ses dents ", et obtint en 1789, à la veille de la Révolution, le Privilège Général du Roi Louis XVI.
Le point de départ de nos tubes actuels date de 1841. Un Américain, J. Rand, modifie les fabrications existantes en déposant un brevet proposant un tube métallique souple en étain pur ou en plomb pour pâte dentifrice et, à cet effet, il dépose également un brevet de pâte dentifrice : mélange de craie, de savon avec un arôme mentholé. Il faut citer le côté commercial du fameux docteur Walton inventeur d’Email Diamant. Ce n'est qu'en 1906 qu'apparait le premier blanchiment des dents avec l’eau oxygénée à 25%, ancêtres de nos produits actuels...